Agende 2013_728x90

12
Oct
2012

Une monnaie locale pour l’agglomération de Nantes pour plus de dynamisme

Pour relancer l’économie locale, l’agglomération nantaise s’apprête à lancer une monnaie locale en 2013. Implications ? Attentes ?

L'Euro

La monnaie actuellement en cours en France et dans la Zone Euro : l’Euro €

 

Hier, Pascal Bolo, adjoint au maire de Nantes et vice-président de Nantes Métropole, annonçait à l’AFP la prochaine  création, en 2013, d’une monnaie locale virtuelle, pour favoriser le dynamisme local et accélérer les échanges économiques locaux.

Qu’est-ce qu’une monnaie locale ?

Une monnaie locale, c’est une monnaie qui n’est pas officielle à l’échelle de l’Etat, mais une monnaie qui est appelée à être échangée dans une zone géographique précise. On parle également de monnaie complémentaire.
La monnaie locale peut être simplement virtuelle, et ne s’échanger qu’avec des moyens de paiement électronique (type carte bleue, carte monéo, via les téléphones portables) mais également matérielle (comme à Toulouse, avec Sol-violette, une monnaie locale qui a été éditée en coupons).

Que peut apporter une monnaie locale ?

 

Une monnaie locale circule traditionnellement plus vite que la monnaie nationale, et favorise les échanges locaux. C’est donc dans cette optique que l’agglomération nantaise envisage l’adoption d’une monnaie locale pour l’agglomération nantaise, comptant plus de 600.000 personnes : favoriser les commerces de proximité, les circuits-courts.dans un premier temps, le public visé restera les entreprises, mais cela devrait s’élargir aux particuliers.

Est-ce bien raisonnable ?

Je reste quelque peu sceptique quant au fonctionnement d’une telle monnaie sur une si grande échelle. Les coûts d’une telle opération me semblent bien importants, même si Nantes Métropole compte faire appel à un concours pour trouver le nom de la future monnaie nantaise. Il va falloir beaucoup de communication pour convaincre les entrepreneurs.

Ensuite, alors que je suis profondément convaincue du bienfait des commerces de proximité, je m’interroge néanmoins sur les politiques mises en place par les élus locaux nantais, qui continuent à approuver des projets de centre commerciaux aux dimensions absolument abracadabrantesques, comme à Atlantis, avec des hypermarchés toujours plus grands, toujours plus gros… Comment les petits commerçants peuvent-ils s’en sortir ?

Un simple exemple pour illustrer mon propos. Alors qu’on aurait tendance à vouloir comparer nos centres commerciaux à ceux qui nous font fantasmer aux USA, les modèles sont en réalité très différents. Aux USA, il y a plus de 15 ans que l’on a compris que les hypermarchés devaient s’adapter à des tailles humaines, correctes. Les courses alimentaires ne se font plus dans énormes magasins, mais des petits supermarchés, à taille humaine.

Et si l’on prenait davantage d’initiatives pour que les petits commerçants puissent accueillir davantage de clients ? En laissant les gens rentrer dans Nantes, dans le centre-ville, plutôt que les inviter à se garer dans des parkings bondés, desquels on met des heures à sortir, comme ce fut le cas à Atlantis samedi dernier ?

Étiquettes :

Glooette

Auteur de l'article : Glooette

Euh, maman de 2 petits Gloos, femme du Captain... Fan de séries et de lecture A mi-chemin entre les Etats-unis et la France, avec un regard très personnel sur ces 2 sociétés ! Et toujours 1001 choses à faire !

Voir tous les articles de Glooette

J'aime cet article alors je rémunère son auteur(e)

Qui sait, nous avons peut-être des lecteurs riches ET généreux ;)

Dans la même catégorie : Brèves

  • port de Dakar
  • auchan drive