Actualité-DVD/Blu-ray-728x90

22
Jan
2008

Trois bons films: les Désastreuses aventures, Jules et Jim, Millenium Actress

J’ai fait grincer quelques dents récemment en qualifiant le film Excalibur de John Boorman de navet. Pour faire contrepoint, je souhaiterais vous présenter trois films que j’ai eu l’occasion de voir ces derniers jours, et qui m’ont tous semblé très bons.

les Désastreuses aventures, Jules et Jim, et Millenium Actress

Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Film de Brad Silberling d’après les romans de Daniel Handler (sous le pseudonyme de Lemony Snicket), 2004.

Synopsis: Monsieur et Madame Beaudelaire ont trois enfants: Violette (ingénieuse inventrice de 14 ans), Klaus (bibliovore d’une douzaine d’années) et la petite Prunille qui s’exprime par sons et aime par dessus tout mordre (façon pitbull) ce qui lui passe sous les dents. Les époux Baudelaire sont aussi très riches, et cela les mènera à leur perte: ils périssent dans l’incendie criminel de leur demeure. Les trois enfants Baudelaire, rescapés, sont alors confiés à un lointain cousin au énième degré, le vil comte Olaf (Jim Carrey), un acteur manqué et mégalomane. Il s’avère bien vite que celui-ci, ayant obtenu la tutelle, ne souhaite qu’une chose: éliminer les trois gamins pour empocher l’héritage. Ceux-ci fuient alors, sont confiés à des oncles et tantes plus étranges les uns que les autres et qui finiront tous zigouillés par l’obstiné Olaf.

Le comte Olaf et ses divers avatars
Le compte Olaf, au naturel (au centre) et déguisé (sur les côtés)

Mon avis: Le film est plaisant à regarder, le rythme est enlevé et Jim Carrey campe plutôt bien un comte Olaf à la fois effrayant et ridicule. Ce méchant de cinéma est plutôt surprenant, à la fois classique et original. Le film lui-même, par contre, n’est pas très surprenant, et les péripéties des orphelins Baudelaire ne sont pas toujours son point fort. Par contre, le film est très beau. Les décors et costumes sont magnifiques, et surtout le jeu des ombres et des lumières est parfait. J’ai aussi beaucoup apprécié les génériques de début et de fin, à l’esthétisme soigné. Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est un véritable plaisir pour les yeux, à la fois ludique et soigné (avec un grand sens du détail).

Disponible en DVD, à pas trop cher.

Jules et Jim

Film de François Truffaut, 1962. Avec Jeanne Moreau (Catherine), Oscar Werner (Jules), Henri Serre (Jim).

Jules et Jim (jaquette du DVD)Synopsis: Jules, étudiant autrichien, et Jim, étudiant français, sont deux amis inséparables dans le Paris de 1907. Tous deux tombent amoureux de la même femme, la très impulsive Catherine. Catherine épousera finalement Jules, puis la guerre séparera les deux amis. Après la guerre, Jules invite Jim à le rejoindre lui, sa femme et leur petite fille, dans le chalet de montagne où ils vivent. Là, Jim tombe à nouveau amoureux de Catherine, qui se désintéresse de son mari. Jules, résigné suite à de nombreuses incartades de sa femme, confie Catherine à Jim, espérant ainsi ne pas la perdre complètement.

Mon avis: Je ne connaissais pas du tout le cinéma de Truffaut, aussi la diffusion de ce film sur Arte était-elle l’occasion de le découvrir un peu. J’ai beaucoup apprécié ce film. Pas tellement pour son histoire — au demeurant plutôt intéressante — mais pour la manière dont elle est racontée. Les personnages sont posés en pleine lumière (comme si le cinéaste voulait les scruter), livrent des phrases qui sonnent comme des sentences, et une narration en voix off vient par moments faire avancer la trame, ou plus souvent exposer les états d’âme des personnages. C’est un cinéma un peu étrange pour moi, plus adapte des demi-tons et des paroles masquées, mais cela fonctionne très bien. Ce qui est remarquable, c’est que bien que le film soit très écrit, très littéraire (versant roman vingtième siècle), il reste très visuel. On pourrait presque se contenter de voir le film par moments, et à d’autre se contenter de la bande son.

Disponible en DVD aussi, mais à plus cher.

Millenium Actress

Film d’animation de Satoshi Kon, 2001.

Synopis: Un réalisateur de documentaires et son cameraman vont interviewer une ancienne actrice de 70 ans, Chiyoko Fujiwara, ancienne grande star du cinéma japonais. Le réalisateur, Genya, lui remet à l’occasion une clef ancienne attachée à un cordon: un objet qu’elle avait perdu trente ans plus tôt, à l’époque où elle avait subitement mis fin à sa carrière pour partir sans laisser d’adresse. Le retour de cette clef provoquera le retour de souvenirs anciens, qui commencent avec la rencontre entre la jeune Chiyoko et un militant révolutionnaire poursuivi par les autorités japonaises. Commence alors un voyage où s’entremêlent la vie de Chiyoko et les personnages qu’elle incarnera au cinéma.

Millenium Actress - portraits de Chiyoko
Chiyoko incarnant divers personnages

Mon avis: Attention, chef d’œuvre! Dans Perfect Blue (l’histoire d’une ex-chanteuse d’un groupe commercial qui tente de devenir actrice, et qui se retrouve poursuivie par un fan déçu et meurtrier), Satoshi Kon mélangeait déjà réalité et fantasme, et l’on passait de l’un à l’autre de manière presque imperceptible. Ici, le procédé est le même, mais le propos est plus léger. Les personnages qu’incarne Chiyokoh en retraçant les films de sa carrière forment en réalité un seul personnage: une jeune femme qui tente désespérément de rejoindre ou de secourir un homme (mari, amant, inconnu…). Le film est très rythmé, et on passe des scènes de films tournés par Chiyoko (où Genya et son cameraman s’incrustent, Genya allant jusqu’à interpréter un rôle) aux scènes de tournage et rares scènes de la vie «hors cinéma» de Chiyoko, les trois se mélangeant allègrement. Pourtant, le film reste très lisible, et l’histoire avance dans les époques (les films se déroulant d’abord au Japon médiéval, puis au 19e et 20e siècle) et dans la vie de Chiyoko. Satoshi Kon fait preuve d’une maitrise de la narration impressionnante. Et pour ne rien gâcher, le film est souvent très drôle, grâce aux personnages des «observateurs», Genya et le cameraman.
Le film est de plus très beau, et l’animation est irréprochable.

Disponible en DVD itou, à prix raisonnable.

Étiquettes :

Auteur de l'article : Tibert le Chat

Voir tous les articles de Tibert le Chat

J'aime cet article alors je rémunère son auteur(e)

Qui sait, nous avons peut-être des lecteurs riches ET généreux ;)

Dans la même catégorie : Cinéma

  • Ce satané rédacteur a encore oublié la miniature. zzz
  • voiture de bond
  • Bon, nouveau look pour Iron Man 3, j'avoue, je ne suis pas fan
  • Asterix et Obélix
  • James Bond - affiches
  • Clochette et le secret des Fées : doublage par Lorie et Amel Bent