Agende 2013_728x90

2
Juil
2015

Comment se prémunir des risques d’incendie ?

Tous les ans, en France, un nombre considérable d’incendie provoque des catastrophes pourtant évitables dans la plupart des cas ; endormissement avec une cigarette dans le canapé, oubli d’extinction d’une bougie, court circuit électrique, appareils vieillots et non protégés…

Les raisons d’un incendie sont multiples. Et à chaque fois, les conséquences sont dramatiques. Qu’il s’agisse de vies humaines, ou de matériels.

C’est pourquoi le législateur français a décidé d’obliger chaque habitation à disposer d’un système pouvant avertir les occupants de la naissance d’un incendie. Les détecteurs de fumée ont été rendus obligatoires à compter du 9 mars 2015. Toutes les habitations sont concernées, des résidences principales aux résidences secondaires, en passant pour les biens immobiliers mis en location.

Dans ce dernier cas d’ailleurs, il est tout à fait possible que ce soit l’occupant du logement qui achète le détecteur de fumée. Mais il est bien spécifié dans la loi que le coût de l’appareil, comme celui de l’installation, sont à la charge du propriétaire. Le locataire peu donc avancer les frais, mais devra être remboursé.

Il existe différents types de détecteurs, allant de 15 € à plus de 100, selon les fonctions recherchées. L’obligation porte sur le fait que le détecteur doive repérer une fumée, puis sonner suffisamment fort pour réveiller les occupants, évitant ainsi la catastrophe. Les détecteurs homologués portent la mention NF. En cas de doutes, il est toujours possible de se renseigner auprès du magasin revendeur.

Certains détecteurs combinent la détection de la fumée avec celle du monoxyde de carbone. Ils sont certes plus onéreux, mais ont une double utilité qui peut se révéler salvatrice. En effet, le monoxyde carbone peut s’avérer mortel. Et il est impossible pour un humain d’en sentir la présence dans une habitation.

On pourra dès lors s’interroger sur l’intérêt de sourdines sur certains détecteurs, pourtant homologués. D’autant qu’il n’est pas prévu que ces détecteurs classiques soient reliés à une quelconque caserne de pompiers…

Quoiqu’il en soit, il n’est pas question pour autant de se reposer intégralement sur ces petites machines pour sauver nos vies d’un incendie éventuel. La meilleure arme reste la prévention. Il convient donc de vérifier la conformité de ses installations électriques, et d’éviter de s’endormir, la cigarette allumée à la main. Idem pour les bougies ou les bâtons d’encens à ne jamais laisser sans surveillance.

S’il suffit d’un simple verre d’eau pour éteindre un incendie dans les premières secondes, il en faut beaucoup plus au bout d’une minute. Les premiers instants sont donc primordiaux. Mais rien ne vaut le bon sens et la prévention pour éviter le pire, par exemple pour les entreprises il existe des formations sur les premiers soins et contre les incendies. Cela permet aux employés d’avoir les bons réflexes pour éviter le pire.

Étiquettes : ,

Auteur de l'article : Maxime

Voir tous les articles de Maxime

J'aime cet article alors je rémunère son auteur(e)

Qui sait, nous avons peut-être des lecteurs riches ET généreux ;)

Dans la même catégorie : Vie pratique

  • Grenoble
  • moteur d'une voiture Dacia